Les écoles d'ingénieurs

La Mécanique et les écoles d'ingénieurs

De nombreuses écoles d'ingénieurs parmi les plus prestigieuses (Ecole Polytechnique, Ecoles Centrale Paris, Mines de Paris, ISAE (ex Supaero/ENSICA), ENSTA, ...) proposent une filière mécanique dans leur cursus et recrutent dans ces filières des étudiants issus d'un cursus universitaire. La formation de mécanique est donc une alternative de choix aux classes préparatoires pour intégrer les meilleures écoles. Chaque année, des étudiants de notre parcours intègrent ces écoles (ISAE, ENSTA, Mines d'Albi, ...).

Comment intégrer une école d'ingénieurs

Les titulaires d'une licence ou ayant le niveau M1 peuvent postuler aux grandes écoles via un concours d'admission parallèle (réservé aux étudiants de l'Université).

  • Concours commun Arts et Métiers / ENSTA / ESPCI /  Mines / Ponts / Supaéro / Télécom / Polytechnique

Pour simplifier les modalités d'accès des étudiants universitaires à leurs formations, quatorze écoles d’ingénieur, l'Ecole Polytechnique, l’Ecole des Ponts ParisTech, l’Ecole des Mines de Paris - MINES ParisTech, l’ENSTA ParisTech, l’ISAE-SUPAERO, TELECOM ParisTech, Arts et Métiers ParisTech, ENSAE ParisTech, ESPCI ParisTech, Chimie ParisTech, Institut d'Optique Graduate School, TELECOM Bretagne, l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, l’Ecole des Mines de Nancy mutualisent leur procédure de candidatures et d’épreuves à l'admission sur titre.

Modalités et calendrier :

- Janvier-Mars : dépôt de candidature (première sélection sur dossier)

- Mai : Epreuves écrites (commune à l'ensemble des écoles)

- Mai-Juin : Oraux (selon admissibilité, organisé dans chaque école par un jury propre à l'école)

  • Concours CASTing des Ecoles Centrales (Paris, Lyon, Lille, Nantes, Marseilles)

Le concours CASTIng s'adresse aux étudiants en fin de cursus Licence (L3) dans les pays fonctionnant avec le système LMD et à ceux en fin de cursus Bachelor dans les pays n'utilisant pas ce système.

Tout diplômé d'une licence ès Sciences (spécialités mathématiques, mathématiques-informatique, mécanique, physique) qui veut poursuivre des études d'ingénieur, peut candidater au CASTIng, Concours d'Admission Sur Titre Ingénieur du groupe des Écoles Centrales.

Pour simplifier les modalités d'accès de tous les étudiants en licence ès sciences : une seule série d'épreuves en un lieu unique.

Modalités et calendrier :

- Janvier-Avril : une 1ère phase de présélection effectuée sur dossier
- Juin : seconde phase comportant une épreuve scientifique écrite, une épreuve scientifique orale, un test d’anglais et un entretien passés sur le campus de l'Ecole Centrale de Nantes

  • Concours Communs Polytechnique pour intégrer les ENSI (Ecole Nationales Supérieures d'Ingénieur)

Les ENSI sont 33 écoles d'ingénieurs qui comprennent par exemple les écoles suivantes ayant une spécialité Mécanique : ISAE (Institut Supérieur d'Aéronautique et de L'Espace, ex ENSICA), Ecole Nationale de l'Aviation Civile (ENAC), Ecole Nationale Supérieure de Mécanique de Nantes, INP Grenoble, INP Toulouse, INP de Lorraine...

Un concours national d'admission pour intégrer une des 33 ENSI  est réservé aux étudiants ayant validé 4 semestres de licence dans le champs des SCIENCES ET TECHNOLOGIES (120 crédits européens). 

Attention : le concours CCP comprend des épreuves de Mathématique, Physique, Chmie, Mécanique, Français et Langues Vivantes. Il est donc conseillé aux étudiants souhaitant préparer ce concours de suivre la formation proposée par l'Université Lille 1 en plus du parcours Mécanique.

Remarque : les écoles du groupe CCP proposent aussi des admissions sur titre. Il est nécessaire de consulter le site de chaque école pour connaître les modalités d'admission. 

  • Concours Commun Ecole des Mines (Mines d'Albi, d'Alès, de Douai, de Nantes et ENSTA Bretagne).

L'admission sur titres dans les Écoles des Mines d’Albi, Alès, Douai ou Nantes a pour objectif de permettre à des étudiants de valeur de poursuivre leurs études dans une école d’ingénieurs en favorisant le brassage culturel, la diversité des expériences individuelles et la multiplicité des profils. 

Modalités et calendrier :

- Les étudiants titulaires d'une Licence (L2 ou L3) peuvent postuler en première année (AST1). Les étudiants titulaires d'un M1 peuvent postuler en 2ème année(AST2).

- Janvier-Mai : L'admissibilité se fait sur dossier : les candidats rendus admissibles sont convoqués à venir passer deux épreuves orales probatoires.

- Juin : L'admission s'effectue sur la base d'épreuves orales : elles sont destinées à établir le classement final. Elles se composent d'un entretien avec un jury et d'un test d'Anglais. Suite à ces deux épreuves, le jury se prononce sur l'admission, l'inscription en liste d'attente ou l'élimination de la candidature.

L'épreuve d'entretien avec jury : Le candidat se présente, puis il dialogue avec le jury. L'épreuve porte sur le vécu du candidat, ses études, ses pôles d'intérêts, ses motivations pour le métier d'ingénieur, la manière dont il envisage sa formation et son parcours professionnel. La durée de l'entretien est de 25 minutes.

L'épreuve d'Anglais : Cette épreuve, d'une durée de 15 minutes, est un entretien en Anglais avec un examinateur. Elle comporte trois phases de durées senseiblement égales :
- le candidat se présente,
- description et analyse d'un document iconographique (image ou photo),
- dialogue à partir d'une mise en situation de la vie courante.

Témoignages d'anciens étudiants 

  • ZhongZhe Dong (Etudiant  à  SUPAERO  après  avoir  fait  sa  Licence  et  son  Master 1  de  Mécanique  à  l'Université  Lille 1)

J'ai intégré SUPAERO (l'une des trois écoles de l'Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace) en deuxième année en tant qu'AST (Admis Sur Titre) suite à mon cursus en Mécanique à l'Université Lille 1. Ma formation à Lille 1 m'a permis d'acquérir de très bonnes bases en mécanique et donc de poursuivre mes études dans cette école dans de bonnes conditions. Néanmoins la deuxième année du cursus SUPAERO est la plus difficile pour un AST car elle couvre l'ensemble des disciplines de base de l'ingénieur tout en mettant l'accent sur le domaine aérospatial, domaine privilégié pour les débouchés de cette école. On étudie notamment la mécanique des structures, la mécanique des fluides et les mathématiques, mais aussi le langage JAVA, l'électronique, l'automatique ou encore les langues étrangères, l'économie et la culture. En effet, le cursus SUPAERO assure à ses ingénieurs une formation de qualité qui leur permet d'être des cadres actifs dans les grands projets de tous les secteurs économiques. L'aéronautique et l'espace représentent 50% environ des embauches à la sortie de l'école. Les principes de base qui ont fait le succès de ce diplôme guident plus que jamais son évolution actuelle :

- dispenser une formation scientifique d'excellence dans l'ensemble des sciences de l'ingénieur

- privilégier une approche transversale qui permet l'intégration dans un domaine donné de toutes ces connaissances théoriques,

- donner dans la pédagogie une large place aux projets,

- inscrire les enseignements généraux au cœur de la formation.

  Malgré quelques difficultés en mathématiques, j'ai réussi à valider ma deuxième année. Je suis très satisfait de mon parcours dans cette école et notamment de l'environnement de l'école : on peut s'inscrire dans de nombreux clubs : football, aviron, musique, natation, aéromodélisme, robot, plongeur... Les équipements sont à notre disposition pour les projets mais aussi les loisirs. Actuellement, je suis en 3A où je me suis spécialisé dans le domaine des structures mécaniques et des systèmes énergétiques. Je fais aussi un mastère recherche Génie Mécanique en même temps à l'UTP (Université de Toulouse Paul Sabatier). Je souhaiterais suivre un programme de management à la fin de mes étude.

J’aimerais beaucoup que d'autres élèves de Lille 1 aient l'opportunité de suivre le même parcours que moi. Si vous voulez des informations, n'hésitez pas de me contacter.

  • Romain Delzenne (Etudiant à l'ENSTA après avoir suivi le parcours Mécanique de Lille 1) 

 J'ai commencé à l'université par un licence générale en sciences, j'ai pu tout tester, essentiellement des maths, de la physique et de l'informatique avec également un peu de chimie et des cours de langue. Au moment du choix de spécialisation, au milieu de la deuxième année, je me suis dirigé tout naturellement vers ce qui me correspondait le mieux : la mécanique. L'enseignement y est à la fois bien spécialisé en mécanique, solide et fluide, allant de l'aérodynamique aux cours de rupture, sans négliger toutefois les maths et l'informatique, cette fois-ci orientés vers des problèmes pour mécaniciens. Ce type de formation est notamment apprécié des écoles d'ingénieurs. Les cours et l'ambiance de travail m'ont plu et tout de suite les résultats ont suivi. J'ai donc pu postuler en école d'ingénieur. Après les examens et oraux d'entrée, j'ai réussi à intégrer l'Ensta Paristech, une des meilleures écoles d'ingénieur du pays. Le niveau y est plus relevé, mais les cours suivis à l'université et une bonne organisation permettent de s'en sortir sans trop de difficulté. Je suis maintenant dans la filière Energies Offshore Engineering où j’étudie pour devenir ingénieur dans le domaine maritime.